Pour renforcer les « soft skills » : pensez au codéveloppement !

soft skills text on wooden cubes

On ne présente plus les soft skills, ces compétences transversales qui aident à faire la différence dans de nombreux métiers : capacité à communiquer, sens de l ‘écoute, capacité à coopérer, à faire face au stress, …

Et le codéveloppement, vous connaissez ? Conçu pour aider des groupes professionnels à faire face à la complexité de leur métier sur le terrain, le codéveloppement nous vient du Québec. C’est « une approche de la formation qui mise sur le groupe et sur les interactions entre les participants pour favoriser l’atteinte de l’objectif fondamental : améliorer la pratique professionnelle » (in « Le groupe de codéveloppement professionnel », A. Payette et C. Champagne).
Un groupe de codéveloppement réunit des pairs volontaires à intervalles réguliers (toutes les 4 à 6 semaines). Au fil des séances, les participants prennent successivement le rôle de client (celui qui expose son sujet), le rôle de consultant (celui qui œuvre pour clarifier le sujet, partager ses réactions, proposer des solutions). La méthode, structurée en 6 étapes, permet de partir d’un cas réel pour apprendre ensemble, en s’enrichissant de regards croisés.

Mon expérience de facilitation de séances de codéveloppement m’a apporté un enseignement : le codéveloppement aide clairement à développer les soft skills.

En quoi le codéveloppement peut-il contribuer à renforcer les soft skills ?

Reprenons les 6 étapes d’une séance de codéveloppement et analysons l’incidence en termes de développement des compétences transversales. Quelles soft skills se développent à chaque étape d’une séance de codéveloppement pour l’ensemble des participants ?

1ère étape : Exposé (le client explique son sujet et donne des éclairages sur le contexte)
• Communication orale
• Gestion des émotions
• Ecoute active

2ème étape : Clarification (les consultants posent des questions au client pour mieux comprendre le sujet)
• Ecoute active
• Capacités d’analyse

3ème étape : Contrat (le client, avec l’aide des consultants, précise le sujet son attente dans la phase de consultation)
• Capacités de synthèse
• Ecoute active

4ème étape : Consultation (le client écoute les réactions, les suggestions, les retour d’expériences des consultants)
• Ecoute active
• Créativité
• Orientation solutions

5ème étape : Plan d’action (le client synthétise les pistes d’action qu’il retient de la phase de consultation)
• Capacités de synthèse
• Organisation
• Orientation solutions
• Adaptabilité
• Capacité à prendre des initiatives

6ème étape : Apprentissages (chacun s’exprime sur ce que le sujet et le déroulement de la séance lui ont appris)
• Capacité à prendre du recul
• Réflexivité
• Capacité à apprendre

 

Pour renforcer les soft skills, pensez au codéveloppement !

L’expérience de la facilitation de séances de codéveloppement auprès de publics variés (consultants, managers, chargés de clientèle, assistantes,…) me confirme que les échanges permettent aux participants, au fil des séances, d’ étoffer leurs capacités d’adaptation face à la complexité vécue sur le terrain, à coopérer, à travailler en groupe de manière constructive. Tour à tour, en séance, chacun reçoit des feed-backs du groupe sur ses compétences transversales dans un cadre bienveillant et se construit des plans de progrès liés aux situations vécues. Entre les séances, les personnes expérimentent de nouveaux comportements et se construisent ainsi, pas à pas des itinéraires « sur mesure ».
Bien entendu, le groupe de codéveloppement permet d’acquérir ou renforcer d’autres compétences que les soft skills : « trucs et astuces » de la communauté professionnelle seront largement partagés. Et lorsque le groupe est constitué de managers, c’est la palette des compétences managériales qui va s’enrichir au travers des situations partagées : délégation, communication, gestion de conflits, développement des équipes… autant de compétences transversales centrées sur l’organisation et l’animation du travail en équipe.
Au-delà des échanges de pratiques qui permettent d’enrichir l’identité professionnelle des groupes de pairs, le codéveloppement permet aussi de développer les soft skills. Une pierre, deux coups !

 

Valérie Malaprade

Share This: